« À Paris, à vélo, on dépasse les autos »

« À Paris, à vélo, on dépasse les autos », à Bordeaux aussi, et c’est plutôt jubilatoire ! Se faufiler, avancer, choisir une petite rue calme et ensoleillée, pédaler à toute allure ou tranquillement… Sortir des grands axes trop empruntés, irrespirables. Ressentir la fraicheur de l’air sur chaque joue, s’enivrer parfois des senteurs du jasmin ou du sous bois, à la grâce de quelques jardins… Traverser le parc, croiser les écureuils au petit matin brumeux, s’émerveiller des jeux de lumières toujours renouvelées, respirer fort, pédaler plus vite pour provoquer l’envol des pigeons apeurés et adorer ces bruissements d’ailes désordonnés… S’abriter sous les grands arbres le temps d’une courte averse, être bien. S’affronter dans l’effort pour quelques côtes joliment dessinées, et descendre ensuite, en roue libre, à toute allure et ravie. Avoir un temps de trajet régulier, ne plus s’énerver pour se garer, ne plus klaxonner, se défouler et se vider les esprits… A Bordeaux, aussi, on dépasse les autos… et tellement plus encore. Et vous, vous commencez quand ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s