été

Le vol du moustique !

7834534925538d086e2722904634546_orig
L’exaspérant moustique, le tueur de marchand de sable. Il va, il vient, il vole, virevolte… s’arrête puis repart de plus belle pour mieux vriller vos nerfs épuisés. Le voilà qui fait des loopings maintenant, toujours plus proche, dans un vrombissement de bombardier lourd ou léger. Si petit, si rapide, vous le perdez toujours de vue. Mais vous ne lâcherez pas. Vous aurez sa peau ! Armé d’un livre, d’une chaussure ou d’un vêtement, vous parcourez votre chambre, légèrement vouté, pas à pas, scrutant tel un guerrier tous les coins et recoins de l’endroit. Silence. Observation mutuelle ? Vous attendez. Et puis le revoilà ! Cette fois, vous l’avez vraiment en ligne de mire. Vous l’aurez. Il est là, se dégageant nettement sur le blanc du mur. Vous frappez violemment. Le coup est fatal. Reste le sang que l’affreux aura sucé. Mais pas le vôtre !

Bon, ça vaut ce que ça vaut !

Le temps des vacances…

Et voilà le temps béni des grandes vacances… Les petits ravis, les plus grands soulagés.

C’est belle et bien les vacances :

Le temps de la légèreté et de l’insouciance,

Le temps des siestes à l’ombre des cyprès,

Le temps des baignades en eaux chaudes et limpides,

Le temps des longues balades en bordure d’océan ou à l’ombre des sous-bois,

Le temps de cuisiner, d’aller au marché pour des produits sains et le plus souvent locaux,

Le temps des apéritifs bruyants ou intimes,

Le temps de porter de jolies petites robes légères, à fleur le plus souvent,

Le temps des crèmes solaires et de leur parfum, riche de souvenirs,

Le temps de jouer avec les enfants,

Le temps de voyager, de découvrir et s’ouvrir à de nouveaux mondes,

Le temps de lire tous ces livres empilés là, faute de temps pour les lire,

Le temps de rêver, aussi, simplement,

Le temps de partager, le temps d’aimer, le temps de rire,

Le temps de se reposer,

Le temps de se retrouver,

Le temps de se poser pour penser sa vie et mieux la guider,

Le temps, surtout.

Et puis c’est le temps de refaire ses bagages, le temps de retourner au travail ou l’école…

Et puis aussi, fort de ce temps suspendu, c’est souvent le temps des bonnes résolutions de rentrée…

Bon, ça vaut ce que ça vaut !