littérature

Boule de gomme

883895_845f8d0b3d1a4a15ac7b42e335322763.jpeg_srz_225_225_75_22_0.50_1.20_0.00_jpeg_srz

Je suis au bureau.
Ma gomme est là, devant moi. Petite, ronde, tachée par endroits.
Je suis un peu fatiguée. Ma gomme semble entamer une roulade, et puis une autre, encore et encore. Elle semble me regarder, elle suspend son mouvement puis repart. Elle m’étonne. Voilà une gomme qui sort de l’ordinaire tout de même !
Alors je la suis des yeux, faute de mieux. Je ne la lâche pas. Elle continue son chemin de gomme. Elle arrive en bout de course, au bord du bureau. Elle semble hésiter. Elle tangue d’avant en arrière. Finalement elle se jette. Elle tombe surement. Je me penche et la cherche partout. Rien. Pas de gomme. Et puis, je la vois, sur le rebord de la poubelle. Elle se plie en deux, elle est pliée… de rire ? L’insolente et elle trouve ça drôle ! Elle me rend folle.
« …Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite ».

Bon, ça vaut ce que ça vaut !

Publicités

Au rayon littérature !

Je m’ennuyais ferme au rayon littérature. Les jours étaient si semblables et tellement immobiles ! J’avais matière à observation pourtant, il y avait là du passage. Mais je m’endormais toujours plus entre Roland Barthes et David James… Toi, tu étais mon rayon de soleil, chaque jour je t’espérais. De temps à autre, tu venais jusqu’à moi au fond de l’allée. Tu m’attrapais, me feuilletais, lisais quelques lignes mais hélas me reposais toujours… Un jour cependant, un jour enfin, tu m’emportas. Je passai à la caisse, je fus scanné puis emballé. Et puis me voilà chez toi. Je séjournais, ravi, sur la table du salon, la table de chevet ou à même le lit. Tu semblais m’apprécier. Tu marquais mes pages, les annotais et les cornais même. Mais ce fut bref. En très peu de temps tu as fini ta lecture et tu me laissas choir. J’étais alors en pile, en compagnie de quelques autres, dans le plus sombre recoin de ta chambre. Et puis un jour, tu décidas de tout ranger. Sans ménagement je fus jeté parmi les livres à vendre ou à donner… Et en quelques clics, je me retrouvai sur e-bay, aux enchères ! Le coup fut rude.