partage

Soeurs choisies

On a tous, à moins que ce ne soit que quelques-unes, une amie si chère, qu’elle est comme sœur.

Habituellement cette amitié est ancrée là depuis… quelques années ou même quelques décennies.

Le plus souvent on ne se souvient pas même des tous premiers mots échangés, ni même du contexte… Tout s’est effacé au profit du lien présent.

Chaque rencontre espacées ou non, est d’une telle proximité ! « On se retrouve comme si c’était hier » dit on. Le passé nous indiffère, seul le moment présent, suspendu, riche de ces belles retrouvailles importe. On se confie alors tout, ou presque, comme autrefois. On partage tant.

Un sourire, un regard, suffit à nous comprendre… les fous rires toujours nous accompagnent. Et quel bien-être nous envahit !

Alors, grâce à cette amitié, forte d’une si belle complicité, riche de tant d’années, on finit par se ressembler tant avec le temps.

On se ressemble comme 2 sœurs, tellement choisies.

Bon, ça vaut ce que ça vaut !

Que d’excès pour Noël !

A en croire nos très chers publicitaires, nous ne vivons que pour Noël :
Picard l’affirme d’ailleurs et l’affiche : « un an qu’on attend ça » !

« Carrefour, le Noël des merveilles ! »
Chez Leclerc, on se contente d’un mot, « joyeux », gaiement posé sur une montagne de cadeaux… Noël n’est plus.

Tous s’évertuent pour nous faire vivre un « Noël unique » !
Quelle surenchère :
« Irrésistible », « féérique », « magique », « sublime » « fou »…
On nous souhaite également « une immensité de bonheurs pour Noël »… et le « rêve à prix cadeaux !  » Ça c’est quand même formidable !
« C’est Noëllissime ! »
« Parce que Noël, n’a jamais été aussi bon ! »

Heureusement, il y a parfois quelques échappés belles :
les anglais par exemple… toujours eux décidément, viennent avec tant de charme et d’élégance mettre en scène Mrs Claus. So quite, en l’absence de son homme ! Une pub toute pleine de malice :
https://www.youtube.com/watch?v=V5QPXhStb5I

Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas l’essentiel et partagez au moins, non pas ce post, mais… toujours plus de lumière !
On n’en donne ni n’en reçoit jamais trop…

Avec « une immensité de bonheurs pour Noël et des rêves à prix cadeaux » !

Bon, ça vaut ce que ça vaut !